Ordre des technologues professionnels du Québec Portail Étudiant

Accueil

Des avantages cool

Profils de nos étudiants

Nos filles en technologie

Répertoire des étudiants affiliés

Programmes de bourses

Les Lauréats de l'Ordre

AQME

Science, on tourne - Prix de l'ingéniosité

L'Ordre dans les cégeps

Les cégeps dans l'Ordre

Liste des programmes reconnus

Groupes affiliés


Accueil  »  Profils de nos étudiants  »  Gabrielle Parent


Profils de nos étudiants

GABRIELLE PARENT

145.C0 Techniques de bioécologie
Cégep de Saint-Laurent

Gabrielle Parent

À propos du programme 145.C0

Techniques de bioécologie


« Je suis étudiante en bioécologie. Cela consiste, selon moi, à étudier dans une variété de sujets qui pique continuellement ta curiosité personnelle et t'enrichit au plus haut point en tant que personne. Il y a l'étude plus dans les bouquins: apprendre les différentes classes de végétaux, d'insectes, de mammifères, d'amphibiens, de bactéries, d'invertébrés, de reptiles, de poissons. Puis, il y a les cours où l'on se met les mains directement dans le sujet : Dissection de poissons, d'amphibiens, de reptiles; entretien et élevages de rats, souris, tourterelles; culture bactérienne, manipulation d'ADN; production de végétaux; dépeçage de crânes, identification d'oiseaux, poser des pièges à mammifères et des filets de capture à oiseaux et à poissons. Sans compter les voyages que l'on fait où l'on observe les baleines dans le fin fond du Québec, escalade des montagnes, etc.

J'aime mon programme, car il touche à plusieurs sphères du vivant et ce n'est pas seulement de la théorie, mais aussi de la manipulation. Concrètement, on vit ce que l'on apprend en classe, on applique les techniques lues dans les manuels. On est dans notre technique et on a finalement un sens et un but à ce que l'on apprend. Par exemple, on prend le pH d'une rivière pas seulement pour le plaisir de le faire, mais parce que c'est un paramètre important à considérer pour juger de la qualité du cours d'eau pour la vie aquatique et nous, nous voulons conserver cette vie.

Je perçois ma profession de technologue comme une biologiste spécialisée du travail manuel. Les biologistes apprennent la même chose que nous à l'Université, mais ne touchent jamais aux appareils. Observer des photos et lire des textes, c'est bien joli, mais un scientifique recherche un personnel avec des connaissances sur le sujet, mais surtout de l'EXPÉRIENCE dans le domaine. Nous avons de l'expérience. Nous sommes à l'aise avec les instruments. Nous sommes formés pour compléter le travail des chercheurs. Ils font les recherches sur papier et nous, nous les appliquons en direct dans la réalité. On ne peut effectuer une recherche sans un chercheur et celui-ci ne peut faire le déroulement de ses expériences sans l'aide d'un technologue.

Nous sommes les mains du domaine scientifique. Le cerveau est très important, certes, mais sans les mains, on ne peut créer ce que l'on a imaginé. Le tout reste sur papier. Donc, je considère que mon rôle est de prendre ce papier et de lui donner sa place dans le concret et le réel. »

O.T.P.Q.

Cégep de St-Laurent

Gabrielle vue par...

« Depuis son arrivée au collège, Gabrielle s'est démarquée, autant par l'excellence de ses résultats académiques dans l'ensemble des cours du programme que par son comportement irréprochable. En effet, Gabrielle a une très belle personnalité: elle est respectueuse, toujours souriante et se soucie grandement des gens qui l'entourent.

Dans les cours ou je lui ai personnellement enseigné (Instrumentation en laboratoire, Microbiologie et Immunologie et Microbiologie appliquée), Gabrielle a démontré beaucoup de rigueur et de curiosité scientifique.

Elle est une personne à la fois très minutieuse et efficace, ce qui observable tant dans sa planification des expériences, dans l'organisation de son espace de travail et de son temps que dans ses compétences techniques proprement dites.

Je considère qu'elle possède toutes les qualités requises afin de devenir une technicienne exemplaire, quel que soit le domaine de la biologie qu'elle choisira. »

Claudia Bastien

Madame Claudia Bastien
Responsable du département de Bioécologie de 2005 à 2010



Gabrielle Parent : Rigueur et curiosité scientifique

Je suis étudiante en bioécologie. Cela consiste, selon moi, à étudier dans une variété de sujets qui pique continuellement ta curiosité personnelle et t'enrichit au plus haut point en tant que personne. Il y a l'étude plus dans les bouquins: apprendre les différentes classes de végétaux, d'insectes, de mammifères, d'amphibiens, de bactéries, d'invertébrés, de reptiles, de poissons. Puis, il y a les cours où l'on se met les mains directement dans le sujet : Dissection de poissons, d'amphibiens, de reptiles; entretien et élevages de rats, souris, tourterelles; culture bactérienne, manipulation d'ADN; production de végétaux; dépeçage de crânes, identification d'oiseaux, poser des pièges à mammifères et des filets de capture à oiseaux et à poissons. Sans compter les voyages que l'on fait où l'on observe les baleines dans le fin fond du Québec, escalade des montagnes, etc.

J'aime mon programme, car il touche à plusieurs sphères du vivant et ce n'est pas seulement de la théorie, mais aussi de la manipulation. Concrètement, on vit ce que l'on apprend en classe, on applique les techniques lues dans les manuels. On est dans notre technique et on a finalement un sens et un but à ce que l'on apprend. Par exemple, on prend le pH d'une rivière pas seulement pour le plaisir de le faire, mais parce que c'est un paramètre important à considérer pour juger de la qualité du cours d'eau pour la vie aquatique et nous, nous voulons conserver cette vie.

Je perçois ma profession de technologue comme une biologiste spécialisée du travail manuel. Les biologistes apprennent la même chose que nous à l'Université, mais ne touchent jamais aux appareils. Observer des photos et lire des textes, c'est bien joli, mais un scientifique recherche un personnel avec des connaissances sur le sujet, mais surtout de l'EXPÉRIENCE dans le domaine. Nous avons de l'expérience. Nous sommes à l'aise avec les instruments. Nous sommes formés pour compléter le travail des chercheurs. Ils font les recherches sur papier et nous, nous les appliquons en direct dans la réalité. On ne peut effectuer une recherche sans un chercheur et celui-ci ne peut faire le déroulement de ses expériences sans l'aide d'un technologue.

Nous sommes les mains du domaine scientifique. Le cerveau est très important, certes, mais sans les mains, on ne peut créer ce que l'on a imaginé. Le tout reste sur papier. Donc, je considère que mon rôle est de prendre ce papier et de lui donner sa place dans le concret et le réel.

Gabrielle Parent
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Gabrielle, (à droite sur la photo) lors d'un voyage au Venezuela durant l'année 2009-2010.